LES CONGÉS PAYÉS AU JAPON

Les congés payés au Japon

Au Japon, les congés payés ne sont certes pas aussi nombreux qu’en France mais sont compensés par 16 jours fériés, contre 11 en France. Durant la Golden week, la semaine qui est à cheval entre avril et mai, le cumul des jours fériés peut offrir jusqu’à une semaine entière de repos pour un seul jour de congé payé posé, si le week-end tombe le 30 avril ou les 1er et 2 mai.

LE FONCTIONNEMENT DES CONGÉS PAYÉS AU JAPON

Au Japon, tout salarié employé travaillant plus de 30 heures par semaine et plus de 6 mois a le droit à des congés payés. En règle générale, il faut compter de 10 à 20 jours de congés payés par an, ce chiffre variant en fonction de l’employeur et de l’ancienneté dans la compagnie. En fonction de la branche professionnelle, une société peut obtenir une dérogation pour ne donner qu’un jour de repos par semaine (et non deux) et pas forcément le week-end, ou encore ne pas « offrir » de repos les jours fériés. La législation est en revanche claire sur le nombre minimal de jours de congés payés. Et vous avez deux ans pour les faire valoir.

Nombre d’années d’ancienneté 0,5 1,5 2,5 3,5 4,5 5,5 6,5
Nombre de jours de congés 10 11 12 14 16 18 20

Il peut également être possible de prendre des congés non payés en-dehors de ces deux semaines et avec l’accord de son employeur, même s’il est vrai que les Japonais n’ont pas l’habitude de recourir à cette pratique. Là aussi, les mœurs différent selon les entreprises mais il n’est pas rare qu’un employeur octroie des jours de congés payés supplémentaires en cas de mariage, de décès d’un proche ou de naissance d’un enfant.

AUTRES DROITS À DES CONGÉS PAYÉS

En plus des congés payés traditionnels, il est possible pour les employés, en fonction de leur contrat et de leur ancienneté (1 an minimum), de faire prévaloir leurs droits à un congé en cas de naissance d’un enfant. L’Article 65 du code du travail japonais stipule tout d’abord que toute salariée a droit à 14 semaines de congés maternités. Ces semaines de congés payés peuvent être utilisées à partir de 6 semaines avant la date d’accouchement programmée (les périodes peuvent déférer pour une grossesse multiple). Il ne s’agit toutefois pas de congés payés au sens propre, puisqu’ aucun salaire n’est versé par l’entreprise, mais d’une prise en charge par l’assurance maladie.

De plus, depuis une modification de la loi sur le travail en 2010, il est possible d’obtenir, pour les pères comme pour les mères, un congés parental d’éducation pour la première année d’éducation d’un enfant (Articles 61-4 et 61-5 du code du travail), extensible, sous condition, à 18 ou 24 mois. Là encore ce droit dépend du contrat de l’employé(e) et de son ancienneté. Un pourcentage du montant du salaire est alors payé sous forme d’allocation par une Caisse d’Assurance Professionnelle ou assurance emploi. Le ou la bénéficiaire touche une prime à son retour dans l’emploi.

À ne pas manquer

Michiko Yamada

Rédacteur | 📕 "Ne jugez point, afin de n'être point jugés, car on vous jugera comme vous avez jugé, et l'on se servira pour vous de la mesure dont vous mesurez les autres." (Nouveau Testament | Matthieu 7.2)