HOKKAIDO : TREMBLEMENT DE TERRE MEURTRIER

Tremblement de terre à Hokkaido

Jeudi 6 septembre 2018, à 3 heures 06 du matin, le nord du Japon a été secoué par un très fort tremblement de terre d’une magnitude de 6,7 sur l’échelle de Richter. À l’épicentre du séisme, dans la région de Iburi-chiho Chutobu, sur l’île septentrionale de Hokkaido, l’intensité calculée sur l’échelle japonaise dite Shindo, qui prend en compte les dégâts occasionnés, est de 7, soit le maximum.

DES PAYSAGES TRANSFORMÉS

Les premières images qui proviennent de la région de l’épicentre sont évocatrices de la puissance du séisme : pans de collines effondrés, terrains surélevés ou au contraire affaissés, les secousses ont entraîné des glissements de terrains importants. D’après Takashi Fukumura, le professeur de sismologie de l’Université de Kyoto cité par l’agence de presse Kyodo, un facteur explicatif serait la présence à une dizaine de kilomètres de l’épicentre d’une faille géologique qui court sur plus d’une centaine de kilomètres du nord au sud de la zone. Une chose est certaine : de nombreuses répliques de moindre importance sont attendues. L’Agence Météorologique Japonaise en avait d’ailleurs enregistré ce vendredi à midi plus de 120 depuis jeudi matin.

Principale commune touchée, la ville de Atsuma a vu des pans entiers d’une colline s’effondrer et ensevelir les habitations qui étaient à ses pieds. Ces éboulements de terrains ont été facilités par les fortes précipitations qui ont eu lieu dans la région ces derniers jours, fragilisant les sols. On compte ainsi en d’autres endroits de nombreuses coulées de boue ou éboulements de terrains. Les pluies attendues dans les prochaines heures ne rassurent bien évidemment pas les habitants, ni les secouristes. 22 000 sont actuellement en action pour déblayer et tenter de retrouver les disparus, avec notamment des chiens. Des unités des Forces d’Autodéfense Terrestre Japonaise ont été mobilisées, notamment pour assurer le ravitaillement des populations privées de tout.

BILAN HUMAIN ET MATÉRIEL

Vendredi à midi, heure locale, la télévision publique japonaise, la NHK, annonçait un bilan provisoire de 16 morts. 26 personnes restent néanmoins encore disparues, notamment dans la municipalité de Atsuma où les sauveteurs pensent que certaines ont été ensevelies par la terre. Ce bilan, relativement faible vue la force du tremblement de terre, tient notamment au caractère rural et faiblement urbanisé de la région dans laquelle il s’est produit. Les survivants ont passé la nuit dans des refuges : l’agence de presse Jiji a annoncé que plus de 2000 personnes s’étaient rendues dans quelques 550 refuges ouverts à Hokkaido. Aucun bilan précis n’a été donné sur le nombre de personnes blessées.

Au niveau matériel, on compte donc des maisons ensevelies à Atsuma, et d’autres partiellement détruites vers Sapporo. Mais le principal soucis des habitants de Hokkaido est le manque d’électricité et d’approvisionnement en eau. Au moment de la secousse, les quatre centrales thermiques de la Hokkaido Electric Power Co se sont automatiquement arrêtées. À midi vendredi matin, seuls 40% des foyers de l’île avaient de nouveau le courant, 1,6 millions étant encore sans électricité. Le gouvernement a annoncé qu’il faudrait encore une semaine avant que l’alimentation revienne à la normale. Cela pourrait avoir un impact sur la production et l’alimentation en lait du Japon, car Hokkaido est le principal producteur du pays et les trayeuses électriques ne fonctionnent plus.

À ne pas manquer

Alexandre Joly

Rédacteur | 📕 "Il y a, sans doute, beaucoup de langues différentes dans le monde, mais aucune n'est sans signification ; et si je ne connais pas le sens des mots, je serai un barbare pour celui qui parle, et celui qui parle, à mon sens, sera un barbare." (Nouveau Testament | Corinthiens 14.10-11)