LE 17 NOVEMBRE 2018 DE EDDIE JONES

Le 17 Novembre 2018

Le 17 novembre 2018, l’équipe du Japon de rugby, les Brave Blossoms, affronte à Twickenham l’équipe d’Angleterre entraînée par Eddie Jones depuis 2016. Eddie Jones qui a été de 2011 à 2016 l’entraîneur principal de l’équipe du Japon de rugby et qui, bien qu’australien, est intimement lié au Japon.

LE 17 NOVEMBRE 2018 EDDIE JONES RETROUVE LE JAPON

Si le 17 novembre 2018, Anglais et Japonais ne s’affronteront que pour la deuxième fois de leur histoire, Eddie Jones et le Japon c’est une relation qui entre dans l’Histoire du rugby le 19 septembre 2015 au Falmer Stadium de Brighton lors de la Coupe du Monde de rugby qui se déroule alors en Angleterre. Ce jour là, à la stupéfaction générale, le Japon bat l’Afrique du Sud, double championne du monde en 1995 et 2007, 34 à 32. Eddie Jones est alors à la tête des Brave Blossoms depuis un peu moins de quatre ans et avec son staff, composé notamment du Français Marc Dal Maso, il est parvenu en 45 mois à faire entrer le Japon dans la cour des grands du rugby mondial. S’il a pu pour y arriver bénéficier des largesses de la Fédération Japonaise de Rugby qui lui a accordé toutes les aides possibles, c’est que le Japon organisera en 2019 la Coupe du Monde de rugby, et que les Japonais ne veulent pas faire de la figuration. Mais ce jour là reste pour le monde rugbystique, l’équivalent sportif de la prise de Port-Arthur en 1905 !

UNE EXPÉRIENCE DE LONGUE DATE AU JAPON

Eddie Jones connaît bien le rugby japonais, et cela avant même de devenir l’entraîneur de la sélection nationale en 2011. Le 17 novembre 2018 il affrontera une équipe dont il a pu croiser maintes fois les joueurs. Notamment car il a aussi entraîné des équipes de club au Japon. Tout d’abord de1995 à 1998, période durant laquelle il débute comme entraîneur adjoint de l’équipe de l’Université de Tokai avant de se retrouver à la tête de l’un des principaux clubs de rugby du Japon, les Suntory Sungoliath, à Fuchu dans la banlieue de Tokyo. Dans le même temps il est nommé entraîneur des avants de l’équipe nationale du Japon. Mais le rugby au Japon est encore amateur et en 1998, il retourne en Australie. Néanmoins en 2009, il est de nouveau appelé pour entraîner les Suntory Sungoliath qui évoluent dans un championnat devenu professionnel en 2003, et c’est donc fort de sa connaissance du rugby nippon qu’il succède à John Kirwan le 26 décembre 2011 comme entraîneur de l’équipe japonaise de rugby.

LE 17 NOVEMBRE 2018 LA FAMILLE JONES AURA LE CŒUR QUI BALANCE

Mais les liens d’Eddie Jones avec le Japon ne sont pas que rugbystiques. Elles sont aussi familiales. Australien, né à Burnie en Tasmanie, il a des origines japonaises par sa mère. Celle-ci est une nippo-américaine de Californie dont la famille de producteurs d’oranges a eu à subir les terribles lois anti-japonaises décrétées aux États-Unis après l’attaque de Pearl Harbor en décembre 1941. L’entrée en guerre des USA a eu pour conséquence l’internement et la spoliation de milliers d’américano-japonais. La capitulation du Japon acquise, la famille de la mère d’Eddie Jones part s’installer au Japon où sa mère devient traductrice auprès des forces d’occupation. C’est probablement à ce moment qu’elle rencontre le père d’Eddie Jones, soldat australien stationné au Japon. Au début des années 1990, la relation entre les Jones et le Japon se renforce puisqu’ Eddie Jones épouse une Japonaise, Hiroko, rencontrée à Sydney. Pour sa femme, comme pour sa fille, Chelsea, le 17 novembre 2018, entre Japon et Angleterre, le cœur balancera donc.

Photo d’illustration : montage + capture vidéo YouTube England Rugby

À ne pas manquer

Alexandre Joly

Rédacteur | 📕 "Il y a, sans doute, beaucoup de langues différentes dans le monde, mais aucune n'est sans signification ; et si je ne connais pas le sens des mots, je serai un barbare pour celui qui parle, et celui qui parle, à mon sens, sera un barbare." (Nouveau Testament | Corinthiens 14.10-11)