MARIO KART DANS LES RUES DE TOKYO

Mario Kart

Que vous soyez fan de courses automobiles, de jeux vidéo ou que vous soyez adepte d’originalité, voici une activité dont vous ne pourrez vous passer lors de votre prochaine visite de Tokyo. Le Japon a encore une fois réalisé le rêve de beaucoup d’entre nous en rendant possible ce qui, en plus d’être totalement hallucinant, est complètement interdit en France comme dans l’ensemble des pays du monde. En effet, « Maricar » a misé sur le succès du jeu vidéo « Mario Kart » pour proposer depuis un peu plus de deux ans aux curieux, majoritairement étrangers, de parcourir la capitale japonaise au volant d’un vrai petit bolide uniplace. Il n’est évidemment pas question de course comme dans le jeu mais, pour aller au bout de l’expérience, la société fournit même des costumes. Alors, en attendant l’attraction du futur parc Super Mario World qui ouvrira aux Universal Studios d’Osaka en 2020, on est prêt à parier sur le fait que vous serez très nombreux à vouloir tenter l’expérience !

LE JEU DE NINTENDO ADAPTÉ À LA RÉALITÉ JAPONAISE

Alors que la société Tokyo Supercars propose de louer des voitures de sport dans Tokyo, c’est une expérience unique et hors-du-commun que le site Maricar, disponible en français, promet. Sauf qu’il n’entend pas le sens unique comme nous le comprendrions en France. Si c’est certes une expérience comme on n’en a jamais vécue avant, elle ne pourra pas se limiter à une seule fois. Dès que vous aurez goûté aux joies de la conduite de ce petit bolide sur le bitume de Tokyo, vous ne devriez pas en démordre. Car selon les clients, « une fois n’est pas assez ! » D’autant plus que la société possède cinq boutiques dans Tokyo et que chacune propose de un à trois circuits différents pour mieux apprécier les quatre coins de la ville. Au total, ce sont donc neuf tours bien délimités qui vous sont proposés. Votre choix s’effectuera en fonction de votre location, de votre budget, de vos attentes en matière touristique et du temps dont vous disposez.

Les karts sont des véhicules d’une centaine de kilos dont le siège est à 24 cm du sol ! Autant dire que vous verrez la vie différemment quand vous serez bien installé au fond et que, même si vous connaissez bien Tokyo, vous la (re)découvrirez d’un tout autre œil une fois mêlé au trafic. Il ne vous sera pas demandé de choisir entre 50, 100 ou 150 cm3 comme dans le jeu car il n’y a pas ici de compétition et tous les karts sont identiques. Il n’est pas question non plus de course ou de vitesse mais juste d’un divertissement sans pareil à bord d’engins de compétition dont les caractéristiques techniques, si elles vous intéressent, sont détaillées sur le site. En plus du bonheur que cela procure de rouler de cette façon dans la ville, vous verrez immanquablement les yeux des passants se retourner sur vous. Aussi, ils ne manqueront pas de vous photographier ou vous filmer dès que vous serez arrêté à un feu rouge. Un Mario Kart en pleine ville, ça n’arrive pas tous les jours et vous vous sentirez alors comme de véritables stars. C’est le sentiment majeur des clients exprimé et relevé en anglais sur le site. Alors, préparez votre plus beau sourire, vous en aurez besoin !

LES DIFFÉRENTS CIRCUITS DES CINQ BOUTIQUES DE TOKYO

Ils auraient pu s’appeler « Route Clair de Lune », « Champiville » ou simplement « Circuit Mario » mais les concepteurs ont choisi la sobriété en nommant  leurs circuits en fonction de leur longueur : S pour Small (court), pour Medium (moyen) et L pour Large (long). Le prix est identique d’une boutique à l’autre en fonction de la « taille » du circuit et comprend les frais de location du kart et du costume, le coût de l’essence, le guide, l’assurance accident et les taxes de consommation.

PRIX DES CIRCUITS

Circuit S = 6000 yens (ou 5000 avec une réduction*) pour 1 heure
Circuit M = 8000 yens (ou 7000 avec réduction*) pour 2 heures
Circuit L = 10000 yens (ou 9000 après réduction*) pour 3 heures

*La réduction s’appliquera si vous possédez un blog et êtes prêt à parler de votre expérience de conducteur.

Au départ de Shinagawa

Circuit S : Shinagawa – Tokyo Tower

Circuit M : Shinagawa – Tokyo Tower – Roppongi – Shibuya

Circuit L : Shinagawa – Tokyo Tower – Odaiba – Roppongi – Shibuya

Au départ d’Akihabara 1

Circuit M1 : Akihabara – Rainbow Bridge – Odaiba – Tokyo Tower – Ginza

Circuit M2 : Akihabara – Tokyo Station/Ginza – Ueno – Asakusa – Sky Tree – Ginza

Au départ d’Akihabara 1

Circuit S : Akihabara – Sky Tree – Asakusa –Ryogoku (salle de sumo)

Au départ de Shibuya

Circuit S : Shibuya – Shibuya Crossing –Harajuku – Omotesando

Au départ de Bayside Shinkiba

Circuit M1 : Shinkiba – KasaiRinkai Park –Ferris Wheel – Tokyo Gate Bridge

Circuit M2 : Shinkiba – Odaiba – Rainbow Bridge

A noter que des breaks d’une demi-heure sont organisés sur ces deux derniers circuits et que, en plus de visiter le centre de Tokyo, ceux qui vous mènent de l’autre côté de la ville en empruntant le superbe Rainbow Bridge sont à privilégier si vous voulez faire des pointes de vitesse. Mais attention quand même à respecter la limitation qui est fixée à 60 km/h. Les points de vue sur la ville sont magnifiques de ce côté de la baie et si en plus vous choisissez de faire votre virée à la tombée de la nuit, ce sera encore plus grandiose !

FOU ET EN TOTALE LÉGALITÉ

Alors qu’on a tous en tête cette vidéo délirante de Rémi Gaillard conduisant un kart dans les rues de Montpellier en se prenant pour Mario, avec ses peaux de bananes, il est à rappeler ici que la conduite d’un tel véhicule sur les routes est formellement interdite en France. C’est selon la loi un véhicule qui n’a pour seule finalité que la pratique de loisir ou la compétition sportive et qui ne saurait en aucune façon circuler sur les voies ouvertes à la circulation publique. Les contrevenants s’exposent à de lourdes amendes. Au Japon où il est hors de question d’aller à l’encontre des lois ou même de les contourner, le site nous garantit, que la compagnie s’est mise en totale conformité au niveau légal. Les karts répondent également aux normes et la conduite du kart, si elle ne nécessite aucun permis spécial, requiert quand même la possession d’un permis de conduire japonais. Si vous êtes au Japon pour moins d’un an (visa touristique ou visa vacances-travail), il vous faudra, en plus de votre permis français, une traduction officielle. Celle-ci est à demander auprès de la JAF (Japan Automobile Federation) et peut s’obtenir en une journée moyennant 3000 yens. Il faut y penser, ce sont des frais à ajouter à ceux de la location.

Cela peut prendre jusqu’à trois heures pour obtenir le document. Les bureaux sont ouverts de 9h à 17h30 du lundi au vendredi. Allez-y donc en matinée ou avant 14h pour être sûr de l’avoir le jour-même. A Tokyo, il faudra vous rendre à cette adresse afin d’avoir la traduction : 〒105-8562, 2-2-17 Shiba Minato-ku (TEL:03-6833-9100). Ceci sera valable également pour le permis international. La France et le Japon n’ont pas signé la même convention internationale concernant ce permis (Vienne de 1968 pour la France et Genève de 1949 pour le Japon), ce qui veut dire que le permis international délivré par les autorités de l’un n’est pas reconnu par l’autre, et vice versa. Du coup, avoir une traduction de votre permis national ou international est une solution qui n’est pas pratique et qui vous fera perdre un peu de temps et d’argent, mais c’est la seule pour pouvoir profiter de ce divertissement exceptionnel. Celle-ci fera office d’un beau souvenir et restera valable autant que le sera votre permis. Donc il n’y aura pas besoin d’une nouvelle traduction pour les prochaines visites du Japon !

RECOMMANDATIONS

Si la société Maricar insiste sur le caractère légal de l’activité, elle met en garde également sur le plan de la sécurité qui est sa priorité première. Si vous êtes déjà venu au Japon, vous savez que les Japonais respectent les règles de conduite, les limitations de vitesse, les autres usagers (vélos, motos) et les piétons, qu’ils conduisent très prudemment, qu’ils ne s’excitent pas au volant et qu’ils utilisent très peu le klaxon. Dès lors, le Japon apparaît comme le pays rêvé pour se mêler ainsi à la circulation mais cela n’empêche pas le visiteur de respecter les règles de vigilance propres à toute activité sur route.

LE SITE VOUS CONSEILLE DE
Venir avec une tenue appropriée (pas de sandales, talons, longue robe). Venir au moins dix minutes avant l’heure de réservation pour remplir les formulaires et recevoir un briefing. Celles et ceux qui n’ont jamais conduit de kart devront ainsi se familiariser avec l’engin. Les règles de sécurité et de conduite, qui présentent quelques différences avec la nôtre, notamment le fait de rouler à gauche, vous seront également prodiguées.

Sachez également que les groupes vont de 5 à 10 participants mais si vous êtes seul à avoir réservé à une certaine tranche horaire, vous serez chanceux et aurez un tour personnalisé. Au-delà de 5 conducteurs, un deuxième guide vous accompagne à l’arrière du cortège, au cas où le groupe venait à être séparé, à cause des feux notamment. Le tout pour garantir la meilleure sécurité qui soit ! De plus, si elle rend l’expérience différente, la pluie n’est pas un frein. Le site insiste toutefois sur le fait que ce n’est absolument pas une reproduction du jeu Mario Kart, même si le soleil et la bonne humeur sont au rendez-vous. Il ne s’agit donc pas d’une course mais plutôt d’une balade.

TROIS RÈGLES ESSENTIELLES (sur le site)

1. Pas de compétition entre les participants, pas d’accrochages ni de dépassements imprudents !

2. Pas de jets de peaux de bananes ou autres déchets sur la voie publique !

3. Pas de projectiles à utiliser sur les autres participants ou les autres usagers de la route, telles carapaces de tortues vertes ou rouges !

LE FUN GARANTI AVEC ENCORE PLUS D’OPTIONS

Venez également en avance dans le but d’essayer les costumes et de choisir le meilleur. N’oubliez pas que vous allez être photographié par des dizaines de touristes et qu’il vous faut assurer au niveau de la tenue. Les Japonais raffolent de costumes en tout genre (personnages de manga, d’anime, Marvel, Disney). Vous êtes assuré d’en trouver un à votre convenance, d’autant plus que, le site l’assure, ils sont tous lavés après utilisation. En plus du costume, il vous sera possible d’avoir d’autres équipements, tels bananes ou carapaces en peluche, ainsi qu’une gamme d’options bien sympathiques. On vous fournira gratuitement lunettes, masque et casque, et vous pouvez également louer chaussures lumineuses avec LED sous la semelle (750 yens), speaker Bluetooth (300 yens/heure) ou caméra GoPro (300 yens/heure). Les moustaches sont également en vente pour 250 yens et vous pouvez vous procurer aussi certains costumes pour 5500 yens ou des cartes SD. Les boutiques disposent enfin de Mini-Cooper ou Tuk-Tuk pour permettre à celles et ceux qui n’ont pas de permis de conduire de participer à l’aventure et de prendre des photos de groupe en pleine action, moyennant 2500 yens/heure (2000 pour les enfants).

Site pour la location de kart à Tokyo : MariCar

RÉSERVATION INDISPENSABLE

Les boutiques sont ouvertes de 10h à 22h tous les jours. Si vous êtes intéressé par cette expérience et disposez d’un permis tel que décrit plus haut, il vous faudra d’abord vérifier les disponibilités de la boutique aux jour(s) et heure(s) que vous souhaitez. Pour cela, vous pouvez :

1. Envoyer un message sur leur page Facebook
2. Téléphoner au +81-80-8899-8899
3. Réserver directement sur le site Internet 
4. Envoyer un mail à la boutique :

SHINAGAWA: shina@maricar.com
AKIHABARA 1: akiba@maricar.com
AKIHABARA 2: akiba2@maricar.com
SHIBUYA: shibu@maricar.com
BAYSIDE SHINKIBA: shinkiba@maricar.com

Les personnes qui ont déjà essayé la conduite sur kart dans les rues de Tokyo ne tarissent pas d’éloges sur le service et la société organisatrice, allant même jusqu’à dire qu’il n’y a pas de mots pour décrire combien cette expérience était fabuleuse. C’est pour la grande majorité un des meilleurs souvenirs qu’ils ramèneront de Tokyo, des moments formidables de fun et de délire partagés entre amis au milieu d’un espace de sécurité sans faille. A noter pour finir que la société possède également une boutique à Okinawa, ainsi qu’une autre à Osaka. Alors, que vous choisissiez un circuit d’une heure ou de trois heures, que vous le fassiez de jour ou de nuit, sur le Rainbow Bridge, à Shibuya, Osaka ou Okinawa, c’est une garantie certaine pour amener encore plus de fun à votre visite du Japon !

À ne pas manquer

Michiko Yamada

Rédacteur | 📕 "Ne jugez point, afin de n'être point jugés, car on vous jugera comme vous avez jugé, et l'on se servira pour vous de la mesure dont vous mesurez les autres." (Nouveau Testament | Matthieu 7.2)