PIKO-TARO L’ARTISTE JAPONAIS

Piko Taro

Si vous ne connaissez pas « Pen-Pinapple-Apple-Pen » (« Stylo-Ananas-Pomme-Stylo »), vous avez raté le titre évènement des derniers temps au Japon signé Piko-Taro, un humoriste reconverti en DJ pour l’occasion. Avec une chanson proche du « Bo le Lavabo » de Lagaffe ou comparable au Gangnam Style du Sud-Coréen Psy,

LA STAR DE LA TÉLÉVISION JAPONAISE DANS LE  LIVRE GUINNESS

Piko-Taro est un comédien japonais de 44 ans qui a réussi à faire un tube à l’aide d’une pomme, d’un ananas et d’un stylo. Très populaire et présent à la télévision japonaise après la sortie du titre en 2016, on le voit toujours avec le même accoutrement, un ensemble en peau de panthère qui se rapproche plus du pyjama que de la tenue de scène. Mais ça marche ! L’air qui accompagne la chanson est électronique et répétitif à souhait et la gestuelle qui va avec est sympathique et incite les plus jeunes à imiter la star. Les vidéos dans lesquelles ils reprennent cette gestuelle sur YouTube ne se comptent d’ailleurs plus. Mais c’est surtout l’esprit totalement loufoque de l’opération et du message, sans véritable queue ni tête, qui désoriente et rend le produit final pour le moins particulier.

Un artiste typiquement japonais que seuls les Japonais peuvent apprécier ! Pas si sûr en fait. Le côté totalement décalé du personnage, les paroles en anglais faciles à retenir (il n’y a que six mots) et le fait que cela reste dans la tête pour ne plus en sortir font qu’on ne peut rester indifférent à un tel personnage. Il faut dire que l’artiste originaire de Aomori n’en est pas à sa première tentative et qu’il avait déjà essayé par cinq fois d’inonder le marché de la musique au Japon. Là où les puristes n’y verront qu’une grosse blague sans intérêt, celui qui s’est marié avec Hitomi Yasueda, une idol japonaise de 15 ans sa cadette, a tout de même réussi à avoir son nom dans le livre Guinness en ayant la chanson la plus courte du monde (45 secondes) à intégrer le top 100 du chart américain (Billboard Hot 100 Chart). Justin Bieber l’avait bien aidé en déclarant que c’était sa vidéo préférée du moment. Pas mal pour un titre qui ne lui aurait coûté que 100.000 yens, environ 750 euros, à produire !

À ne pas manquer

Michael Amerigo

Rédacteur en chef | 📕 "Considérez comment croissent les lis des champs : ils ne travaillent ni ne filent ; cependant, je vous dis que Salomon même, dans toute sa magnificence, n'était point vêtu comme l'un d'eux." (Nouveau Testament | Matthieu 6.28)