SUMO : BILAN À MI-PARCOURS DU KYUSHU BASHO 2018

Combat de sumo entre Kisenosato et Takakeisho au Kyushu Basho 2018

Dimanche 11 novembre 2018 a débuté à Fukuoka pour quinze jours le dernier grand tournoi de sumo, honbasho, de l’année au Japon : le Kyushu Basho. Si lors du tournoi de sumo de septembre à Tokyo, le yokozuna Hakuho a mené de bout en bout, à Fukukoka aucun rikishi (sumotori) ne s’impose réellement. Et ce malgré les forfaits ou abandons des trois yokozuna (plus haut rang du sumo) du moment.

CONFIRMATION DU DÉCLIN DES GRANDS DU SUMO

Si lors du tournoi de septembre Hakuho, en remportant son quarante et unième tournoi de sumo et sa mille et unième victoire en combat, a rappelé au monde du sumo qu’il est le plus grand rikishi de tous les temps, ses abandons sur blessure aux tournois de sumo de janvier et juillet et son forfait à celui de mars ont souligné qu’à 33 ans sa condition physique le rapproche inexorablement de la retraite. Son absence à ce tournoi de sumo de Fukuoka, suite à une endoscopie chirurgicale fin octobre, ne faisant que confirmer ce constat. Il en est de même pour l’autre yokozuna mongol, Kakuryu, lui aussi âgé de 33 ans. Bien que victorieux des tournois de sumo de mars et mai cette année, il n’a pu participer intégralement qu’à la moitié des tournois sur les deux dernières saisons.

Et le constat est encore plus cruel pour le plus grand champion de sumo japonais en activité, le yokozuna Kisenosato. Ce dernier, âgé de 32 ans, qui avait pu terminé en septembre son premier tournoi de sumo depuis 18 mois par un score honorable de 10 victoires pour 5 défaites a rechuté cette semaine. Et lourdement puisqu’il a enchaîné quatre défaites lors des quatre premières journées contre des adversaires venant des rangs les plus bas du sumo, des maegashira et komosubi, avant d’abandonner. C’est la première fois dans l’histoire du sumo qu’un yokozuna débute si mal un honbasho. Son dernier combat contre Tochiozan, dont il semblait avoir pris la maîtrise, a montré ses limites physiques, notamment en n’arrivant pas à faire basculer son adversaire. Sa capacité à participer à des combats de sumo de haut niveau et donc la question de sa retraite anticipée se posent de nouveau.

UN TOURNOI DE SUMO OUVERT

L’absence des yokozuna laisse la place aux outsiders et notamment les ozeki, deuxième rang du sumo. Les trois du moment sont bien présents mais ont connu une première semaine bien différente. Fidèle à ses habitudes, Goeido a débuté son tournoi de façon catastrophique affichant trois défaites pour deux victoires après cinq jours de tournois. Tochinoshin connaît quant à lui un passage à vide depuis jeudi après sa belle victoire tout en puissance contre le komosubi brésilien Kaisei. Le sumotori géorgien semble manquer de concentration, les commentateurs japonais attribuant cela à sa récente paternité. Troisième ozeki, Takayasu a, quant à lui, parfaitement débuté ce tournoi de sumo. Il a néanmoins chuté une première fois jeudi puis samedi dans un combat d’une grande intensité physique et exceptionnellement long. Il n’est pas arrivé à prendre le dessus sur le maegashira Ryuden, les deux hommes s’immobilisant un long moment au centre du dohyo, le ring où se déroulent les combats de sumo, avant que Takayasu ne soit poussé en-dehors.

Avec les ozeki, deux autres sumotori étaient attendus. Tout d’abord le sekiwake Mitakeumi, qui aura 26 ans le 25 décembre. Vainqueur du tournoi de sumo de juillet, et bien qu’auteur d’un tournoi de septembre en demie-teinte avec neuf victoires, il peut devenir ozeki à l’issue de ce tournoi s’il affiche plus de 11 victoires (il en a cinq dimanche soir). Il a malheureusement fort mal débuté avec trois défaites en cinq jours. Il s’est néanmoins repris samedi en battant un autre espoir du sumo, le jeune et petit komosubi Takakeisho. Ce dernier, âgé de 22 ans, fait un début de tournoi exceptionnel, s’illustrant le premier jour du tournoi en battant le yokozuna Kisenosato dans un combat qui pourrait être le symbole d’une passation entre générations. Le deuxième jour, il confirmait en battant l’ozeki Goeido, puis l’autre komosubi Kaisei et le sekiwake Ichinojo. Malgré donc sa défaite contre Mitakeumi dans un combat d’une grande intensité, les deux hommes enchaînant rapidement les harite, des baffes, et poussées sortant ainsi en sang, Takakeisho vire seul en tête de ce tournoi de sumo à l’issue de la première semaine avec 7 victoires pour une défaite.

À ne pas manquer

Alexandre Joly

Rédacteur | 📕 "Il y a, sans doute, beaucoup de langues différentes dans le monde, mais aucune n'est sans signification ; et si je ne connais pas le sens des mots, je serai un barbare pour celui qui parle, et celui qui parle, à mon sens, sera un barbare." (Nouveau Testament | Corinthiens 14.10-11)