SUMO : BLÂME POUR LE YOKOZUNA KISENOSATO

Sumo : le yokozuna Kisenosato reçoit un blame

Mardi 27 novembre 2018, le yokozuna (plus haut rang du sumo) japonais Kisenosato a reçu un blâme pour son absence de résultats lors des derniers tournois de sumo. Kitamura Masato, le président du Yokozuna Shingii Inkai, Comité de Délibération des Yokozuna, de l’Association Japonaise de Sumo a en effet annoncé lors d’une conférence de presse que le comité avait décidé d’attribuer un gekirei, un encouragement, à Kisenosato. Mais plus que d’un encouragement pour le champion de sumo, il s’agit en réalité d’une mise en garde qui traduit les attentes frustrées du monde du sumo nippon vis à vis du seul yokozuna japonais. Les deux autres avis que peut rendre le comité sont le chui, l’avertissement, et le intai kankoku, la recommandation de retraite du sumo. Il s’agit donc bien d’une mise sous pression.

C’est la première fois depuis que ce comité a été créé en 1950 par l’association japonaise de sumo qu’il émet une telle recommandation sur la seule base des résultats sportifs d’un yokozuna. La dernière délibération importante en 2010 concernait une affaire disciplinaire : le sumotori mongol Asashoryu, impliqué dans une agression qui suivait d’autres scandales directement liés au sumo, avait alors reçu une demande de départ à la retraite. Retraite qu’il prit. Concernant Kisenosato, le Grand tournoi de sumo du nouvel an qui se déroulera à Tokyo en janvier sera donc décisif. Une absence, un abandon ou une contre-performance signeront la fin de sa carrière dans le sumo. Depuis qu’il a été promu yokozuna en janvier 2017, il affiche 36 victoires pour 32 défaites et 97 forfaits. Un bien triste record.

Flash Info du 28/11/2018

À ne pas manquer

Alexandre Joly

Rédacteur | 📕 "Il y a, sans doute, beaucoup de langues différentes dans le monde, mais aucune n'est sans signification ; et si je ne connais pas le sens des mots, je serai un barbare pour celui qui parle, et celui qui parle, à mon sens, sera un barbare." (Nouveau Testament | Corinthiens 14.10-11)