TENNIS : LA JAPONAISE NAOMI OSAKA REMPORTE L’US OPEN

Naomi Osaka, Tournoi de tennis

Samedi 8 septembre 2018, à New-York dans l’enceinte de Flushing Meadows, la joueuse japonaise de tennis Naomi Osaka a remporté la finale de l’US Open. En s’imposant face à la championne américaine de 36 ans Serena Williams, victorieuse à six reprises de ce tournoi et de 23 autres grands tournois du circuit mondial, elle devient la première Japonaise à remporter un titre du Grand Chelem. Cette victoire vient clore une quinzaine exceptionnelle pour le tennis japonais avec le bon parcours de l’autre star nippone des cours : Kei Nishikori.

DEUX JAPONAIS EN DEMI-FINALES D’UN GRAND CHELEM

Les demi-finales de l’US Open qui se sont déroulées les 6 et 7 septembre ont connu une première. Le Japon a vu à la fois un de ses ressortissants accéder au dernier carré dans le tournoi masculin et dans le tournoi féminin. Une surprise. Si chez les hommes, la présence de Kei Nishikori n’est pas une première puisqu’ici même en 2014 il avait atteint la finale, les résultats récents du joueur de 28 ans et son classement ne laissaient nullement présager d’un tel parcours. Lui qui en mars 2015 était pourtant classé quatrième joueur mondial après une magnifique année 2014 a su maintenir son rang jusqu’en 2016, finissant l’année cinquième. Mais une succession de blessures et deux années décevantes l’ont fait chuté avant la quinzaine de Flushing Meadows au vingt-deuxième rang mondial.

Il a néanmoins su retrouver son niveau lors de ce tournoi, éliminant notamment le Français Monfils au deuxième tour puis la tête de série numéro 13 Schwartzman. L’Argentin s’inclinant en quatre sets. Puis Kei Nishikori a écarté le Croate Cilic, numéro 8 mondial en quart de finale au terme d’un match épique de plus de quatre heures et joué en cinq sets. Lors des demi-finales, le Japonais s’est alors retrouvé opposé à l’ancien numéro 1 mondial, Novak Djokovic. Ce dernier, bien qu’âgé de 31 ans, revient aussi à son meilleur niveau après plusieurs mois de passage à vide. Au grand dam de Nishikori qui est resté impuissant devant le Serbe, s’inclinant en trois sets. Défaite qui a néanmoins ponctué une très belle quinzaine du Japonais.

LA SURPRISE OSAKA

Mais la véritable surprise japonaise du tournoi, c’est l’éclosion soudaine de Naomi Osaka qui a renversé la table et opéré un bouleversement générationnel au sommet du tennis féminin en gagnant dans la nuit de samedi à dimanche le tournoi féminin de l’US Open face à celle qui est considérée par beaucoup comme la plus grande championne de tennis de tous les temps : Serena Williams. En deux sets, avec un jeu long, juste et puissant, la Japonaise de 20 ans a pris la mesure de son aînée de 36 ans qui est aussi son modèle. Impuissante, incapable de passer ses premières balles (38% seulement et 6 doubles fautes dans le premier set), Serena William a craqué, s’en prenant à sa raquette puis à l’arbitre qui l’a pénalisé d’un jeu. À l’inverse, stoïque, Naomi Osaka s’est imposée sur une dernière balle sous forme de service surpuissant, remportant le match en deux sets (6-2, 6-4).

Si le monde découvre après cette victoire Naomi Osaka, elle est en revanche au Japon connue depuis quelques années, fréquemment invitée sur les plateaux de télévision. Fille d’une mère japonaise et d’un père haïtien, ce dernier a fait déménager sa famille aux États-Unis en 2000, alors que la petite Naomi était à peine âgée de 3 ans. Précoce, elle fait ses débuts professionnels en 2012 et laisse entrevoir de belles dispositions. Mais c’est en 2016 qu’elle prend la lumière après plusieurs victoires sur des joueuses têtes de série dans des tournois du Grand Chelem. Cette même année elle accède à la finale du tournoi de Tokyo. Elle termine l’année à la quarantième place et est lauréate du prix du « Newcomer of the year« , la révélation de l’année aux WTA Awards. 2018 est donc l’année de la consécration avec ce titre à l’US Open qui suit celui à Indian Wells en mars. Et sa carrière ne fait que débuter.

À ne pas manquer

Alexandre Joly

Rédacteur | 📕 "Il y a, sans doute, beaucoup de langues différentes dans le monde, mais aucune n'est sans signification ; et si je ne connais pas le sens des mots, je serai un barbare pour celui qui parle, et celui qui parle, à mon sens, sera un barbare." (Nouveau Testament | Corinthiens 14.10-11)